Transmission du COVID : les 3 mesures de bon sens à adopter

La crise du COVID a mis en avant les questions sur le rôle que jouait le bâtiment et les installations CVC dans la transmission du virus. Atlantic, vous présente les mesures de bon sens qui doivent accompagner le fonctionnement des systèmes de ventilation et climatisation afin de limiter les risques de propagation du virus.

Le COVID-19 et ses modes de transmission :

A ce jour, plusieurs modes sont identifiés dans la transmission des virus de type Corona tel que le SRAS-Cov-2.

- La transmission par contact dit « par grosses gouttelettes »(>10 microns) qui sont libérées et tombent sur des surfaces à environ 1 à 2 m du contaminant.  La contamination se fait par contact avec la surface ou en respirant  directement les gouttelettes libérées par le contaminant.

Les deux contaminants clairement identifiés à ce jour sont :

  • La personne infectée
  • Les toilettes qu’elle utilise, d’où l’importance d’actionner la chasse d’eau avec le couvercle fermé

Ce mode de transmission est considéré comme le principal vecteur de contamination et justifie la mise en place de tous les gestes barrières.

- La transmission par voie aéroportée ou aérosol à travers de petites particules (>5 microns), est une voie probable d’infection mais encore non formellement prouvée.

A titre d’exemple l’étude réalisée en Chine (2020) sur la propagation du virus sur le Diamond Princess a révélé que les systèmes CVC ne sont pas incriminés et que le virus a été transmis par contact entre passagers et équipage.

 

En prenant en compte ces paramètres, 3 mesures de bon sens s’imposent :

 

1 – Favoriser le renouvellement de l’air dans le bâtiment

La qualité d’air est optimisée lorsque l’air est renouvelé dans de bonnes conditions. Il est donc naturellement recommandé de maintenir son système de ventilation en fonctionnement, voire de le renforcer.

- Maintenir le fonctionnement permanent de sa VMC dans l’habitat. En tertiaire, le principe d’intermittence généralement utilisé doit est remis en cause. Il conviendra de désactiver les sondes et capteurs de commande (horloge, détection présence, sonde CO2, ….) afin de basculer sur un fonctionnement en mode permanent.

- Augmenter les débits d’air insufflé et/ou extrait. La valeur de 25m3/h est notamment préconisée dans le guide de l’INRS(2) en lieu et place des 15m3/h réglementaires.

- Si le bâtiment n’est pas équipé d’une VMC, il est alors recommandé de procéder à une aération naturelle par ouverture des fenêtres au moins 15 mn toutes les 3 heures.

 

2 - Limiter les phénomènes de brassage et les vitesses d’air excessives

Un brassage excessif de l’air pourrait favoriser la transmission du virus. Des mesures spécifiques à chacun des systèmes peuvent être retenues.

Pour la ventilation :

  • Privilégier le plus possible l’apport d’air neuf en limitant l’utilisation du recyclage. Dans le cas des centrales double flux à échangeur à roue, l’activation du By-pass sera recommandée.
  • Interdire l’usage de ventilateur sur pied et tout système de brassage d’air localisé

Pour la climatisation :

Elle doit rester en fonctionnement car elle contribue à garantir des conditions de température indispensables au confort de l’utilisateur. De plus, elle permet de maintenir un taux d’humidité relatif situé entre 40 et 60%, propice à réduire la virulence, et donc la dangerosité, des virus de type Corona.  

Pour les systèmes gainés (split gainable par exemple) comprenant un dispositif d’amenée d’air neuf, favoriser un fonctionnement maximisant l’arrivée d’air neuf. Pour les systèmes splits sans amenée d’air neuf, utiliser le climatiseur en petite ou moyenne vitesse afin de limiter le brassage.

 

3 - S’assurer du bon entretien des systèmes de climatisation et de ventilation

En veillant à appliquer certaines règles de bon sens quant au fonctionnement des appareils et en garantissant un entretien régulier. Toutes ces opération devront respecter un protocole de sécurité pour les intervenants décrit dans le guide de l’INRS(2).

- Pour la ventilation :

  • Vérifier que les entrées d’air et les bouches d’extractions ne sont pas obstruées
  • Vérifier le bon fonctionnement du moteur et l’atteinte des débits réglementaires aux bouches d’extraction
  • Remplacer les filtres de l’air neuf et de l’air extrait selon le calendrier d’entretien.
  • Eviter le nettoyage des conduits pendant la période de l’épidémie

- Pour la climatisation :

  • Augmenter la fréquence d’entretien des filtres en intervenant au moins 2 fois par mois en période d’épidémie
  • Pour le nettoyage des filtres, les différents guides recommandent d’appliquer un virucide répondant à la norme EN 14 476. Cette dernière garantit une efficacité sur le traitement virucide. Vérifiez avant usage la compatibilité avec les composants du climatiseur avec l’agent d’entretien. A ce titre, Atlantic recommande de laver les filtres avec de l'eau savonneuse en les trempant dans de l’eau tiède pendant 10 à 15 mn.

En cas d’encrassement important, procéder à un nettoyage avec un détergent au PH neutre (entre 6 et 8) dilué avec de l'eau tiède.
En cas de doute sur l’état du filtre, procéder à son remplacement.

 

(1) http://aicvf.org/comite-international/actualites/document-guide-rehva-covid-19/

(2) http://www.inrs.fr/risques/covid19-prevention-entreprise/batiments-remise-en-route-apres-confinement.html

(3) https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=806

(4) Même s’il n’existe pas à ce jour de preuve scientifique sur le SRAS-Cov-2, une étude publiée en 2007 par la revue Science&Business avait démontré qu’une humidité relative située entre 30 et 70% était de nature à désactiver fortement le virus SRAS-1

(5) FAQ uniclima